Ball-trap

RENCONTRE SPORTIVE NATIONALE DE BALL-TRAP

iconepdf-inscription_ftu4w39o

Le parcours de chasse est une discipline de tir aux plateaux qui pourrait être assimilée à un parcours de golf avec un fusil. Si à l’origine cette discipline de tir au fusil était de reproduire les trajectoires du gibier à la chasse, aujourd’hui, c’est la diversité des plateaux qui dominent. En effet la combinaison sans fin des trajectoires,des angles, des vitesses, des hauteurs et des distances de tir, en font un jeu très excitant. L’environnement et la configuration du stand contribuent aussi à cette grande diversité.

Contrairement au tir sur cible,le tir au plateau est un tir dynamique, puisque la cible est en mouvement.

Certains pourraient dire « tirer au fusil est facile, la seule chose à faire est d’avoir un fusil à ses mesures,et de tirer devant le plateau ». Ce n’est malheureusement pas aussi simple.

Il existe plusieurs méthodes de tir aux plateaux avec un fusil.

La première méthode consiste à tirer le plateau à son intersection. Le tireur positionne ses canons sur la trajectoire du plateau. Lorsque le tireur visualise la bonne avance, il appuie sur la détente.

La deuxième méthode qui est la plus populaire est la méthode Churchill ou dite du Swing. Cette méthode consiste à épauler le fusil et insérer les canons sur la trajectoire du plateau, juste derrière celui-ci, puis traverser le plateau avec les canons, le dépasser et appuyer sur la détente, le tout dans un mouvement fluide et continu appelé«  swing ». C’est un tir très instinctif.

La troisième méthode consiste à insérer les canons devant le plateau avec la bonne avance. Cette avance est maintenue jusqu’à ce que le plateau et le mouvement des canons aient la même vitesse. C’est à ce moment là que le tireur appuie sur la détente.

Enfin la dernière méthode consiste à insérer les canons sur la trajectoire du plateau, suivre le plateau avec ces canons afin de prendre la même vitesse, le dépasser jusqu’à avoir l’impression de le tirer vers l’avant. Lorsque l’avance semble juste, le tireur appuie sur la détente tout en continuant son geste.

Ces quatre méthodes sont utilisées par les tireurs en fonction des trajectoires des plateaux et de leur présentation lors du tir.

De ces quatre techniques de tir,deux notions importantes ressortent.

La première réside dans l’appréciation de la distance ou « avance » à mettre devant le plateau au moment du tir.

Enfin la deuxième réside dans l’art que peut avoir le tireur à diriger son fusil avec précision sur la trajectoire du plateau. Pour cela, il est nécessaire de visualiser la trajectoire du plateau afin de choisir à quel endroit le plateau sera cassé.

Pour le tir au plateau, il est nécessaire de mesurer visuellement une distance ou bien l’avance devant le plateau et d’appuyer sur la détente seulement lorsque la visée ou l’image de la mire sur le canon et le plateau nous semble juste.

Cette notion d’avance est déterminée par 3 facteurs : la vitesse du plateau, l’angle que fait la trajectoire du plateau par rapport au tireur et la distance du tireur au plateau.

Aussi, l’estimation de cette avance devrait être une application simple de trigonométrie et de balistiques.

Prenons comme exemple un plateau en plein travers avec une vitesse de 60 Km/h (16.67 m/s) à une distance d’environ 25 m du tireur. Le tireur utilise des cartouches avec une vitesse de plombs de l’ordre de 360 m/s. Les plombs mettrons environ 25/360 = 0.0694 seconde pour parcourir 25 m.Le plateau parcourra lui en 0.0694 seconde (0.0694*16.67=1.16 mètres. Aussi,l’avance sera d’environ 1.16 mètres.

Pour un plateau fuyant à 45° par rapport au tireur, à 25 m le plateau parcourra en 0.0694 seconde 1.16 mètres. Par contre, l’avance sera seulement de 1.16 x cos (45°) = 0.82 mètre du fait de l’angle.

Cette avance peut se traduire au bout des canons par la visualisation d’une côte. Si on reprend l’exemple ci-dessus pour un plateau plein travers à différentes distances et en tenant compte que la vitesse des plombs diminue en fonction de la distance :

Distance au plateau

  Avance vue en cm au bout des canons

 10 mètres

 3.4 cm

 20 mètres

 4.1 cm

 30 mètres

 4.8 cm

 40 mètres

 5.5 cm

Dans la théorie, il est donc facile d’estimer ces avances. Dans la pratique, c’est bien évidemment plus compliqué puisque la notion de distance reste une appréciation propre à chaque tireur. Et il n’existe aucun moyen de mesurer la distance qui sépare le tireur du plateau.Cependant la gerbe de plomb étant allongée, celle-ci permet de compenser certaines erreurs d’appréciation.

Une deuxième notion aussi importante est de déchiffrer la trajectoire des plateaux. En effet, il n’y a que 4 façons de manquer un plateau : dessus, dessous, devant ou derrière.Même si l’avance est juste, il est donc possible de manquer un plateau pardessus ou par dessous. Aussi, il est important d’anticiper la trajectoire du plateau à l’endroit ou nous avons décidé de tirer pour le casser.

De nombreux facteurs peuvent influencer la trajectoire du plateau comme l’angle de présentation du plateau,la tension du ressort de la machine ou bien le vent par exemple. L’angle de présentation du plateau pourra faire en sorte que le plateau aura une trajectoire ascendante dès sa sortie de la machine, puis une période transitoire après laquelle il sera inévitablement attiré vers le sol du fait de la gravité.

C’est précisément le fait de ne pas identifier l’endroit où le plateau commence à descendre qui fait qu’on le manque par dessus. Il est donc essentiel de connaître ce que fera le plateau au moment où on a décidé de le tirer, qu’il aille vers le haut, vers le bas, qu’il accélère ou ralentisse, aille vers la droite ou la gauche, ou bien une combinaison de tout cela.

Pour savoir ce que fait le plateau, il suffit d’observer sa trajectoire et de se représenter une ligne droite à l’endroit où l’on compte le casser. Il est alors facile de voir si le plateau monte ou descend par rapport à cette ligne imaginaire. Et d’ajuster son tir en conséquence.

Beaucoup de tireurs se focalisent sur leur équipement (fusil, choke, cartouches…) avant de réaliser que c’est la maîtrise et l’habilité qu’ils ont à pointer leur fusil dans la bonne direction qui fait toute la différence.

C’est avec de la pratique et de l’entraînement que la technique s’améliore, et que nous apprenons à mieux maîtriser notre fusil.

Pour être régulier, la maîtrise des mouvements, la vitesse d’exécution des gestes et l’appréciation visuelle de l’avance doit être exactement la même.

Au fur et à mesure des progrès des tireurs, il suffit pour compliquer le jeu et augmenter les difficultés, de modifier les trajectoires des plateaux, les angles, les distances…

Enfin si la notion d’avance est difficile à évaluer, c’est peut-être aussi par ce qu’elle est liée à la trajectoire des plateaux qui bien souvent ne sont pas forcement rectiligne !

 

Translate »